Actualités

Covid-19

En cette période particulière, Jérôme Vignon, Administrateur Général de l’Université Catholique de Lille, nous partage sa vision de ce temps d’épreuve que nous traversons.

C’est aussi une invitation à vivre le moment présent afin de se préparer pour l’avenir.
Le vendredi 17 avril 2020  

Chers amis, acteurs et partenaires de la Fédération de l’Université Catholique de Lille,  

Ce temps d’épreuve que nous partageons a le mérite de faire ressortir la qualité des liens qui nous unissent. Il agit comme un révélateur des communautés que nous formons.  

L’Université Catholique de Lille est l’une de ces communautés forte et structurante par ses valeurs, par sa finalité qui est de mener vers leur accomplissement des jeunes hommes et des jeunes femmes à l’orée de leur vie d’adultes.  

Je ne suis pas sûr de partager l’engouement que l’on trouve ici et là pour « le jour d’après », comme s’il s’agissait au plus vite d’effacer le souvenir du présent. Être pleinement humain ne consiste pas à se réfugier dans la nostalgie d’un passé qui n’est plus, ni à se projeter totalement dans un futur qui n’est pas encore. Le choix responsable consiste à faire face à la situation présente, à agir ici et maintenant. Il n’y a pas de meilleure façon de se préparer au futur que d’assumer totalement notre condition présente dans son imperfection, dans sa précarité. De fait notre présent confiné, appauvri en relations sensibles comporte de nombreux arrachements et pour certains de souffrances. Pour ceux qui assument en temps ordinaire des responsabilités, au sein de l’Université ou en entreprise, l’incertitude du lendemain est une forme de souffrance. L’avenir en partie nous échappe et nous ne savons pas si nous serons en mesure d’y faire face.  

Et si la richesse d’une vie de chercheur, de professeur, d’administrateur, de responsable en entreprise ne consistait pas à admettre que nous ne pourrons tout maîtriser ni par notre savoir, ni par nos projets ? Toujours ils se heurteront à une part d’inconnu, à l’expérience d’une limite qui loin de nous décourager, nous libère des tyrannies de la perfection, de la jalousie et de la domination ?  

Je ne vous invite pas à vous désintéresser de l’avenir, mais à vous y préparer en découvrant dans le temps présent de l’épreuve, que l’inconnaissable est un compagnon de route bienveillant et qui pour certains ouvre sur l’Inconnu qui n’attend que notre attention.

Jérôme Vignon
Administrateur Général de l’Université Catholique de Lille
Président d’honneur des Semaines Sociales de France
LIRE LA SUITE >

Covid-19

Appel à solidarité du groupement des hôpitaux de la Catho de Lille.
Message de Laurent Delaby.

Chers amis,

Les hôpitaux de l’Université Catholique de Lille sont très impliqués dans le dispositif COVID comme l’ensemble du système hospitalier français.

Des lits, des matériels et l’ensemble de nos personnels se déploient pour affronter cette pandémie ; cependant, pour travailler durablement auprès des patients, nous avons besoin de masques (dit FFP2 ou chirurgicaux).

Certains d’entre vous, avant le confinement, ont reçu des dotations de masques dont ils n’ont pas / plus l’usage, si cela est encore le cas, nous souhaiterions en disposer et appelons votre aide.

Vous pouvez contacter à cet effet Christine POYET au 0616216216

Avec mes remerciements pour votre soutien et votre aide précieuse,

Laurent Delaby,
DG du Groupement des Hôpitaux de l’Institut Catholique de Lille


Le groupement des Hôpitaux de la Catho de Lille rassemble l’hôpital Saint Philibert à Lomme, l’hôpital Saint Vincent-de-Paul à Lille et la clinique Sainte Marie à Cambrai.

La Fondation des Hôpitaux de la Catho est sous l’égide de la Fondation de la Catho de Lille qui est reconnue d’utilité publique. Elle est habilitée à émettre des reçus fiscaux. Votre don peut faire l’objet d’une déduction fiscale. Pour toute question pratique vous pouvez nous contacter

LIRE LA SUITE >
Les 3 étudiants du projet du Square

Initiatives étudiantes : le projet du Square de l’Arsenal

Charles, Marie et Léo, étudiants à l’ISA-Yncrea en M1 environnementaliste

5 étudiants de l’ISA-Yncrea se sont vus confier la mission de déployer une démarche participative sur le Parc de l’Arsenal, entre l’EHPAD Saint Antoine de Padoue (Feron-Vrau) et une résidence étudiante de l’AEU, démarche ouverte au quartier Lille Moulins. Le projet, commandé par Feron-Vrau et les Ateliers Saint Antoine, a pour objectif de recueillir les besoins ou attentes de la population et acteurs de la ville, tout en travaillant avec eux, sur la valorisation du square. Le groupe d’étudiants est accompagné par les Ateliers Saint Antoine, une équipe experte en démarche Living Lab, afin de développer un projet qui favorise la participation et la co-élaboration.

Pouvez-vous pitcher votre projet ?

Léo : Le projet est une commande de la part de l’association Feron-vrau et des Ateliers Saint Antoine (Institut Catholique de Lille), qui nous demandent de proposer un plan d’aménagement de réhabilitation du Square de l’Arsenal. Ce plan doit correspondre aux besoins et aux attentes de tous les acteurs du quartier, qui permettrait de réinscrire positivement ce parc dans la redynamisation du quartier Moulins qui est en cours.

Marie : C’est cette démarche de co-construction entre tous les acteurs (habitants, salariés des entreprises proches parents de l’école situés à proximité, associations, étudiants, centre social et les foyers), pour mener à bien ce projet. L’association Feron-vrau et les Ateliers Saint Antoine recherchent à faire du lien entre ces gens-là, via le square de l’Arsenal.

Léo : Aujourd’hui, par rapport aux textes réglementaires, on ne peut plus enlever un espace vert sur Lille. Il n’y en n’a pas assez, on a besoin de ces îlots de fraicheurs. On a beau être dans le Nord, quand on dépasse les 30° en été, on ne respire plus. Du coup, le fait de remettre au goût du jour le parc, on n’a pas le choix. Autrement, cela va être un espace mort au milieu d’un quartier qui va être redynamisé et cela n’est pas envisageable !

Initiatives personnelles ou obligation pédagogique ?

Charles : C’est un projet pédagogique qui fait partie de notre parcours scolaire. Sur la présentation du projet à la base et ce que l’on a fait nous, autour du projet, il y a quand même des différences. On a travaillé pour recadrer le projet et les attentes.
Le but est de se rediriger vers ce qu’on avait envie de faire nous. Il y a une base qu’on nous a donnée pour le projet, y a eu les contraintes qu’on a eues et nos envies.

Léo : Il y a plusieurs commanditaires : les Ateliers Saint Antoine, l’école et l’association. L’école veut qu’on fasse un projet avec une thématique plus scientifique, environnementale alors qu’en réalité, le projet a une dimension plus sociale. C’était très dur de jongler entre les deux. Avant de rentrer dans l’environnemental, il faut gérer toute la dimension sociale. Ça prend beaucoup de temps et on n’avait pas encore été formés à l’école. On nageait dans une piscine d’inconnus, ce n’était pas évident ! C’est un beau challenge !

Quel est l’apport personnel de participer à ce projet ?

Charles : Ca nous apporté qu’on a découvert ce monde-là, d’aménagement du territoire qui est vachement complexe, une quantité d’acteurs pharamineuse. Ça nous a permis d’avoir plein de contacts… mais qui ont chacun une idée, une vision différente. C’est intéressant. Pour le côté lien social, on a rencontré des gens qui ne sont pas dans l’aménagement comme le directeur de l’école qui sont super motivés et c’est hyper plaisant d’échanger ! : Ça nous a donné une vision de notre futur monde professionnel, sur le lien social avec les rencontres des acteurs, sur le côté organisation d’un projet. C’est un gros projet que l’on mène tout le long de l’année, je n’avais pas eu l’occasion de faire ce genre de choses auparavant. On est obligés d’être organisés, de redéfinir nos attentes, ce qu’on peut faire, ce qu’on doit faire.

Marie : Il y a plusieurs apports, déjà la dimension sociale, le contact avec les gens, chercher sans attendre toujours un retour… Il y a quand même quelque chose de très positif, ce qui ressort le plus c’est le fait qu’on a travaillé tous les 5, qu’on a travaillé ensemble. On a appris à travailler ensemble sur un long projet.

Léo : A la place de remonter l’administration, on a dû la redescendre pour avoir accès aux infos…ça a développé nos compétences relationnelles, « professionnelles ».

Marie : Il y a quand même quelque chose de très positif, ce qui ressort le plus c’est le fait qu’on a travaillé tous les 5, qu’on a travaillé ensemble. On a appris à travailler ensemble sur un long projet.

Léo : Oui, ça a mis en avant les compétences de chacun. Il y en a qui était plus à l’aise dans le relationnel, d’autres dans la recherche d’informations…. Les filles étaient plus à l’aide dans le relationnel et Charles et moi dans la recherche d’informations et au final ça s’est inversé ! on a chacun remplit des rôles différents.

Marie : on est une vraie équipe ! c’est une super expérience. Les premières semaines étaient difficiles, on n’y croyait pas… Après dans un projet, ça n’aboutit pas forcément dans les types de projet d’aménagement, il y a les idées et les réalisations ! C’est comme dans le milieu professionnel, c’est une vraie expérience ! c’est intéressant de découvrir ça !

Fiche technique du projet

_ Aménager le square en fonction des attentes de l’ensemble des acteurs du quartier

_ La vérification des sols

_ L’approfondissement diagnostic biologique (quantification de la faune et de la flore)

_ La valorisation des déchets du parc

_ Conforter la dynamique collective et développer les relations intergénérationnelles

_ Pallier la mauvaise notoriété du parc

LIRE LA SUITE >
signature écolopo

Ecolopo réitère son engagement auprès de la Fondation

Signature en présence de Loïc LEMESRE, Dirigeant d’Ecolopo, Benoit BOUREL, Vice-recteur de la Catho de Lille & Titulaire de la Chaire Explorateurs de la Transition, Didier PEILLON, Délégué Général de la Fondation et Florine YAPI-SZYMKOWIAK, Chargée de Développement Mécénat.

Le 21 février, Ecolopo a renouvelé son engagement auprès de la Fondation de la catho de Lille.
A travers ce mécénat, Ecopolo souhaite notamment soutenir le programme « Live TREE » ainsi que les démarches de développement durable et en faveur de la transition énergétique de l’Université Catholique de Lille.
L’année dernière, l’entreprise a participé à l’élaboration de la façade du Rizomm, bâtiment démonstrateur de la transition écologique, environnementale et sociétale de l’Université Catholique de Lille .

A propos d’ECOLOPO

logo ecolopo

Ecolopo est une PME spécialisée dans l’habillage de façade, la pose de bardage et l’isolation par l’extérieur. Les économies d’énergie sont au cœur du travail de l’entreprise.

Ecolo, parce qu’ils isolent le bâtiment, et que la seule énergie verte est celle qui n’est pas consommée. Po, parce que le bardage comme la peau est la première protection contre les agressions de l’extérieur.

A propos de la Fondation

La Fondation de la Catho participe au financement de nombreux projets dont certains portent sur des chaires de recherche et d’enseignement. Ces chaires constituent des lieux d’échanges et de réflexions entre différentes parties prenantes. Elles visent aussi à développer l’excellence dans l’enseignement, la recherche sur des thématiques innovantes et sur les enjeux à venir. Découvrez l’ensemble des projets soutenus sur notre site internet.

A ce jour, plus de 40 entreprises nous accompagnent dans le financement de projets.

LIRE LA SUITE >
Lesaffre renouvelle son engagement à la Fondation

Lesaffre renouvelle son engagement !

Convention signée en présence d’Antoine BAULE, Directeur Général de Lesaffre, Corinne WALLAERT, Directrice Communication Lesaffre, Nadine DEBAIL, Responsable Mécénat et Partenariats Lesaffre, Evénementielle et Mécénat, Pierre GIORGINI, Président-Recteur de l’Université Catholique de Lille, Cyril Henon Directeur de l’AEU, et Didier PEILLON, Délégué Général de la Fondation.

Lesaffre a renouvelé son partenariat auprès de la Fondation de la Catho ce jeudi 30 janvier 2020.

Mécène historique, Lesaffre soutient le Parcours santé, un projet lancé en 2019.

Le Parcours Santé a pour objectif d’encourager les étudiants à prendre soin de leur santé à travers 4 volets :

  • l’équilibre alimentaire,
  • l’encouragement de la pratique sportive,
  • l’accès aux soins médicaux
  • le développement des compétences psychosociales.

Ce Parcours Santé est mis en œuvre par l’Association d’Entraide Universitaire (AEU), qui gère notamment les restaurants universitaires du campus, les résidences étudiantes, le Centre Polyvalent de Santé Universitaire et les équipements sportifs de l’Université.

A propos de Lesaffre

Acteur mondial de référence dans le domaine des levures et de la fermentation, Lesaffre conçoit, produit et apporte des solutions innovantes pour la panification, le goût & plaisir alimentaire, le bien-être & la santé et la biotechnologie.

Groupe familial, né dans le Nord de la France en 1853, aujourd’hui multilocal et pluriculturel, Lesaffre s’engage à entreprendre avec confiance pour mieux nourrir et protéger la planète.

Proche de ses clients et de ses partenaires, Lesaffre emploie 10,700 collaborateurs répartis dans 80 filiales implantées dans plus de 50 pays.


A propos de la Fondation de la Catho

La Fondation de la Catho participe au financement de nombreux projets dont certains portent sur des chaires de recherche et d’enseignement. Ces chaires constituent des lieux d’échanges et de réflexions entre différentes parties prenantes. Elles visent aussi à développer l’excellence dans l’enseignement, la recherche sur des thématiques innovantes et sur les enjeux à venir. Découvrez l’ensemble des projets soutenus sur notre site internet.

A ce jour, plus de 40 entreprises nous accompagnent dans le financement de projets.

LIRE LA SUITE >
^
X